Est-ce mal d'introduire une 'plante invasive' dans notre jardin-forêt ? Et si on essayait de penser comme un écosystème

ˬ˯vᐯ˅  ˇ   ⌣ᘁ᥎ᨆ⏝ࡍ⩗ᨆ⌣˘ˬ᥎ᐯᨆ⌣ᘁ⩗ᨆࡍ˯

Ce message est issu de Mésange, ma lettre éphémère que j’envoie chaque dimanche, d’octobre 2022 à mars 2023. < Précédent | Suivant >

Il y a deux semaines, j’ai reçu une invitation à réviser un article scientifique sur les ‘plantes invasives’. Les auteurs de cet article indiquent que de plus en plus d’études évaluent en fait les bénéfices potentiels des plantes invasives.

Intéressant, me suis-je dit !

Il y a précisément une plante emblématique, à la fois ‘invasive’ et ‘utile’, que je ne suis pas sûr de devoir inclure ou non dans notre future jardin-forêt : le bambou.

J’ai essayé d’explorer ce concept de ‘plante invasive’, et d’examiner cet article scientifique, à la lumière de mes interactions avec le bambou en France et à Taïwan au cours des dernières années.

L’histoire à travers ma voix (11 min)

Pour ces premiers essais d’enregistrement, je me suis fixé une règle : je les publie sans coupures, sans retouches, y compris avec mes hésitations et mes erreurs. C’est brut, comme si vous étiez avec moi !

clic-droit sur la barre pour télécharger le mp3 | voir tous les podcasts

Le bambou : quelle plante incroyablement utile !

Printemps 2022, Bourgogne, France.

Depuis plusieurs semaines, Hsiao et moi mangeons des pousses de bambou gratuites presque tous les jours. Nous adorons ça ! Cela nous rappelle Taïwan. Lucile, qui a également apprécié, a même écrit un article sur la préparation du bambou pendant qu’elle nous rendait visite.

Je suis maintenant dans notre bosquet de bambous, en train de saliver. Je cueille une pousse, puis une autre, et une autre, frénétiquement. Avec Hsiao et moi comme concurrents, le panda bourguignon serait en voie de disparition, s’il avait seulement existé.

Cette fois, cependant, je réfrène un peu ma gourmandise, et je décide de laisser grandir quelques pousses. Pas pour les pandas, mais pour une utilisation future dans mes projets d’artisanat en bambou.

Autour de moi, les bambous commencent à se balancer élégamment au rythme du vent, me rappelant de belles peintures de la Chine ancienne. Je me laisse immerger dans cette scène, dérivant sur un mode poétique.

Alors, apparaissant au milieu des bambous, assise en position de lotus, ma belle-mère taïwanaise commence à réciter ce proverbe chinois : “胸有成竹” — “Le peintre avait déjà les bambous dans son coeur avant de les peindre”.1

Ouah, me dis-je, quelle plante géniale pour un jardin-forêt…

Non seulement une plante comestible riche en silice et super productive, non seulement un matériau de construction qui stocke du carbone, mais aussi une plante élégante, et même une source d’inspiration dans l’art et la philosophie !

Tant de services pour l’humanité !

Le bambou : quelle horrible plante envahissante !

Exalté par ces visions, je me mets à vanter les mérites du bambou à haute voix. Ému par la poésie, j’attrape une tige de bambou et commence à tourner autour d’elle, révélant un talent caché pour la pole dance.

Merveilleux !

Mais je suis ramené à la réalité lorsque j’entends soudain : “Ah ! Je vois que vous prenez soin de votre haie de bambou. C’est super, merci !” En une fraction de seconde, ma belle-mère disparaît. Je me retourne et, honteux, je salue mon voisin. S’il ne pensait pas encore que je suis fou, il ne peut maintenant plus l’ignorer.

Pourtant, au lieu de commenter mes talents de danseur, il continue en me soumettant ses mauvaises aventures avec les bambous. Sa voisine ne taille pas sa haie de bambous, dit-il, et les bambous ont envahi sa cour. Impuissant, il a informé le maire du village de cette affaire, espérant que cela pourrait obliger sa voisine à tailler sa haie. Car, oui, à cause de cette ombre si humide et dense, certaines parties de son toit ont commencé à pourrir !

Et ce n’est pas le pire, ajoute-t-il. “En automne, tu le sentiras. Chaque nuit, des nuées d’étourneaux envahissent les massifs de bambous et font des crottes partout. Si j’étais toi, conclut-il, je les déracinerais complètement. Mais, avec des rhizomes aussi emmêlés et coriaces, c’est presque impossible.”

Oh, non, commencé-je à réaliser… Quelle plante affreuse !

Envahissant les cours et les champs, concurrençant méchamment les autres plantes pour la lumière, extrêmement difficile à déraciner, concentrant les déjections des oiseaux, et détruisant même les relations entre voisins. Quelle horrible plante invasive.

Comment pourrait-on l’arrêter ? Comment le bambou est-il contrôlé là où il est endémique ?

Comment contrôler la propagation du bambou ?

À ce moment-là, de l’autre côté de la planète, à Taïwan. Un grand-père marche lentement dans son verger, le regard rivé vers le sol.

Gagné sur les pentes raides d’une montagne brumeuse, le verger est entouré d’une forêt dense d’arbres subtropicaux, et de bambous. Pas à pas, le grand-père récolte patiemment chaque pousse de bambou qu’il trouve.

Car il le sait : les nouvelles pousses apparaissent en bordure du verger, à l’extrémité des rhizomes, en provenance de la forêt. S’il ne récoltait pas les jeunes pousses, le bambou coloniserait tout le verger en quelques années. Puis, après quelques décennies, certains grands arbres ombrageraient progressivement le bambou. Inhibé, il se retrancherait en petits îlots. À terme, le verger ressemblerait à la forêt sauvage qui l’entoure : un mélange d’arbres en strates, et quelques bambous ici et là.

Dans les écosystèmes où le bambou est endémique, la forêt elle-même freine la propagation du bambou. Après tout, si j’essaie de penser comme un écosystème, le bambou n’est-il pas simplement une sorte de ‘plante pionnière’ ?

Dans un écosystème perturbé et simplifié, le bambou entre en scène. Recouvrant toute la zone, le plus rapidement possible, il protège le sol fragile avec son réseau de rhizomes emmêlés et coriaces. Captant la lumière, autant que possible, il recycle cette énergie sous forme de matière organique dans le sol.

Et ce n’est pas le meilleur. Chaque nuit, des nuées d’oiseaux envahissent les bambous, et laissent en cadeau le matin leurs excréments riches en phosphate.

Alors, si le bambou ne fait que jouer son rôle naturel de sauveteur d’écosystème perturbé et simplifié, est-ce que cela signifie que, du point de vue des écosystèmes, la véritable espèce invasive, les méchants qui perturbent tout, ce seraient… nous ? Les humains ?

Devrait-on simplement arrêter de perturber la nature ? Pour que plus aucune ‘plante invasive’ ne vienne troubler les écosystèmes (et nous) ?

Les ‘plantes invasives’ : simplement le symptôme d’un écosystème trop perturbé ?

Retour en Bourgogne, mais il y a 300 000 ans.

La glaciation quaternaire achève de repousser certaines espèces végétales survivantes vers le sud, contre les chaînes de montagnes et la mer Méditerranée. Face à cette glaciation, de nombreuses familles de plantes se sont déjà éteintes, pour toujours. Parmi elles, certains bambous européens2.

Les périodes glaciaires : quelle énorme perturbation des écosystèmes !

En y réfléchissant, je me rends compte que les perturbations naturelles sont si communes. Un incendie naturel réduit une forêt en cendres ; une famille de castors débite un bosquet, construit un barrage, et fait surgir un lac ; un troupeau de sangliers ‘laboure’ un pré.

Et, après de telles perturbations, que se passe-t-il ? Et bien, vous connaissez déjà l’histoire ! Quelques ‘plantes pionnières’ comme le bambou entrent en scène, l’écosystème se complexifie, jamais exactement comme avant, jusqu’à une nouvelle perturbation, et le cycle continue.

Des cycles, encore et encore. Une succession d’écosystèmes qui ne se ressemblent jamais.

Bon. Si j’essaie de penser comme un écosystème, ne semble-t-il pas que sa perturbation est simplement une étape normale dans son cycle de vie ? Tant qu’il y a suffisamment de temps pour récupérer, les perturbations pourraient même être un outil utile, un outil nécessaire à la vie pour jouer et exprimer sa créativité.

Mais attendez, est-ce que je viens de dire qu’il y avait des espèces de bambous en Europe avant la dernière glaciation ?!

Peut-être même que le panda bourguignon a existé ! Et donc, en Bourgogne, le bambou serait plutôt une espèce endémique éteinte plutôt qu’une espèce exotique. Je me demande ce qu’un écosystème penserait de tout ça…

Oh, j’ai une idée ! Il faudra que je demande des subventions pour planter du bambou dans notre jardin-forêt. On ne sait jamais, ça pourrait être considéré comme un acte courageux de restauration des écosystèmes !

Alors, faut-il planter du bambou dans notre future jardin-forêt ?

Vous ne commencez pas à penser comme moi, que tous ces raisonnements sont un peu absurdes ?

Une ‘horrible plante invasive’ qui fournit également des ‘services à l’humanité’. Une plante ‘symptomatique d’écosystèmes perturbés’, ou simplement une ‘plante pionnière’ jouant ‘son rôle dans le cycle de vie des écosystèmes’ ? Une ‘plante endémique’ cruellement éradiquée par la nature qui, du coup, devient une ‘plante exotique’. Et moi, qui essaie de profiter de tout ce bazar pour obtenir des subventions.

Tant de concepts humains. Tant d’émotions humaines. Tout anthropocentré.

Je me demande comment la relation avec mon écosystème peut être saine, si je continue à lui dire comment les choses devraient être, en utilisant un langage qui n’a même pas de sens pour lui (ou elle ?). Si je n’essaie pas de penser comme mon écosystème.

Alors, faut-il planter mon Bambou dans notre future jardin-forêt ?

Pour savoir quoi faire, je pourrais commencer par oublier tous les concepts. Ensuite, je pourrais rendre visite à mes voisins : Est-ce qu’ils pensent comme un écosystème ? - alors, je planterais probablement mon Bambou, et j’observerais avec mes voisins hippies comment la nature exprime sa créativité. Est-ce qu’ils pensent comme des humains ? - dans ce cas, je ne planterais probablement pas mon Bambou, considérant que la relation avec mes voisins est aussi un élément important de mon écosystème (mes voisins ne font-ils pas partie de mon écosystème ?).

Mais, laissez-moi partager avec vous mon rêve le plus cher.

Idéalement, il y aurait un moment où, au lieu d’essayer de contrôler les processus naturels en utilisant mon référentiel humain, au lieu d’essayer de penser comme un écosystème, je commencerais à me souvenir que, moi aussi, je suis l’écosystème3. Ça pourrait ressembler à ça :

“Ok Bambou. Je sais pas trop. Est-ce que je te plante ici, ou pas ? Tu peux être franc avec moi.”


PS : Bon, ben maintenant je dois encore écrire mon rapport pour la révision de l’article scientifique. Vous pensez qu’ils pourraient aimer cette histoire ?


  1. L’artiste chinois Wen Tong a observé minutieusement les bambous autour de sa maison, jusqu’à ce que “les bambous soient dans son cœur” (胸有成竹). Il les a ensuite si bien peints qu’il est devenu célèbre pour ses peintures de bambous. Hsiao me dit que ce proverbe décrit généralement une personne confiante, qui a bien préparé ses plans avant d’agir. C’est bien expliqué dans ce PDF (en anglais).

  1. Fabrice Desjours mentionne cette perte de biodiversité due aux glaciations, y compris pour le bambou en Europe, dans son livre, p.60-61 — Jardins-forêts. Un nouvel art de vivre et de produire. Ed. Terran.

  1. Deux lecteurs de cette série de lettres m’ont recommandé les belles bandes dessinées d’Alessandro Pignocchi, qui expliquent avec humour la façon très inspirante dont les peuples Jivaros d’Amazonie interagissent avec les autres espèces et les écosystèmes.



Vous souhaitez suivre mes explorations ?

Chaque dimanche, j’envoie Mésange.

Mésange est une newsletter éphémère, une série de 26 lettres, que j’écris d’octobre 2022 à mars 2023.

Chaque lettre est une histoire courte de 5-10 min de lecture, où je raconte l’une de mes explorations sur la permaculture, la nature, l’artisanat, l’autonomie, la psychologie, la philosophie, les mystères de la vie… J’écris méticuleusement chaque histoire pour vous offrir inspiration, joie, sagesse !

Quelle sera l’histoire de dimanche prochain ? Je vous invite à vous inscrire à ma newsletter ci-dessous pour la découvrir… ;-)

Lettre gratuite, tous les dimanches, 150+ abonnées et abonnés, désabonnement en 2 clics. Bien sûr, je ne partage pas votre adresse email. Vous pouvez jeter un œil à mes anciennes newsletters avant de vous inscrire.

Lénaïc Pardon
Lénaïc Pardon

Je suis une sorte de chercheur-epxlorateur. Je suis français, introverti et hypersensible. Je donne beaucoup de valeur à la liberté, la créativité et l’altruisme. Je suis curieux sur à peu près tout, mais j’ai une préférence pour les sujets autour de la sobriété volontaire : permaculture, nature, artisanat, autonomie, philosophie, les mystères de la vie… Plus de détails sur mon travail et ma trajectoire >